ide@ [2/2] : Retour sur la table ronde sur l’accessibilité et l’inclusion dans l’enseignement à distance

Ide@ : Implementing a digital e-learning alternative. Un projet cofinancé par le programme Erasmus+ de l'Union européenne.
Ide@ : Implementing a digital e-learning alternative. Un projet cofinancé par le programme Erasmus+ de l'Union européenne.

Koena participe à un projet européen coordonné par l’Académie de Créteil qui s’intitule ide@. ide@ est un acronyme qui signifie “Mettre en œuvre un e-learning numérique alternatif”.

Le présent article est le second d’une série de 2 :

  1. ide@ [1/2] : un projet européen pour favoriser l’accessibilité et l’inclusion dans l’enseignement à distance.
  2. ide@ [2/2] : retour sur la table ronde sur la place de l’accessibilité et l’inclusion dans l’enseignement à distance post-confinement.

Le 20 juin 2022, l’académie de Créteil a accueilli la table ronde animée par Koena sur l’inclusion et l’accessibilité dans l’enseignement à distance. Dans cet article, découvrez l’état des lieux dressé par nos invités ainsi que leurs pistes pour un apprentissage en ligne plus inclusif.

7 invités ont participé à la table ronde :

  • Colombe, Étudiante en psychologie et aveugle
  • Pierre Reynaud, Référent accessibilité numérique de l’Université de la Réunion
  • Kristel Piran, Cheffe de projet chez FUN
  • Cédric Bassette, Référent accessibilité numérique et chef de projet chez FUN
  • Bernard Quinio, Directeur du service de formation continue de l’Université Paris Nanterre
  • Isabelle Hondermarck, Conseillère en formation continue à l’Académie de Créteil
  • Clément Garénaux, Consultant-chercheur chez Koena 

Suivre l’enseignement à distance avec un handicap

Colombe, étudiante en licence de psychologie et aveugle, a inauguré cet échange en nous faisant part de son expérience des outils numériques et de l’enseignement à distance. Elle a été confrontée à des logiciels et à des documents inadaptés. Par exemple, les fichiers pdf et les liens ne sont pas toujours accessibles au lecteur d’écran et à la navigation au clavier.  De plus, Colombe souligne que certains professeurs sont mal informés à propos de son handicap, voire indifférents… Au lycée comme à l’université, l’étudiante a dû faire appel à des aidants pour surmonter les limites des dispositifs actuels. Ce témoignage dresse un tableau inquiétant de l’accessibilité de l’apprentissage en ligne.

Une question d’outils, de contenus et de compétences

Des invités nous ont décrit l’impact durable de la crise sanitaire sur l’offre et les pratiques d’enseignement. D’après Cédric Basset, avec la fermeture des établissements, enseignants et apprenants ont afflué massivement sur la plateforme FUN MOOC. Cet usage du numérique s’est par la suite prolongé via les enseignements en format hybride. Pierre Reynaud a décrit une tendance similaire à l’Université de la Réunion.

Du côté de l’Académie de Créteil, Isabelle Hondermarck fait le même constat : le confinement a accéléré l’hybridation de l’offre d’enseignement. Elle repère 3 enjeux de ce processus : 

  • l’accessibilité des plateformes, 
  • l’accessibilité des contenus 
  • l’ingénierie des parcours de formation.

Afin que les apprenants en situation de handicap ne soient pas lésés par cette transformation, des établissements se mobilisent pour mettre en œuvre l’accessibilité numérique.

À l’Université de la Réunion, Pierre Raynaud – qui en est le référent accessibilité numérique, est lui-même aveugle et utilisateur quotidien d’un lecteur d’écran – a par exemple contribué à l’évaluation de l’accessibilité des solutions de visioconférence dès mars 2020.  L’université a également créé un webinaire sur la continuité pédagogique inclusive, co-animé avec Koena. Afin d’améliorer ses solutions d’enseignement à distance, l’établissement tient compte de la plateforme pédagogique comme des compétences des contributeurs.

L’accessibilité des outils numériques est en effet inséparable de celle des contenus pédagogiques. Pour que l’enseignement à distance soit inclusif, il est indispensable que les supports de formation soient accessibles.
De ce fait, la formation des contributeurs est un enjeu majeur et ce bien en amont des organismes de formation. Par exemple, Koena forme actuellement des éditeurs de manuels scolaires à l’accessibilité du livre numérique.

Des projets innovants au service de l’inclusion

Des invités nous ont parlé d’autres projets prometteurs qui mettent le numérique au service de l’accessibilité et de l’inclusion.

Kristel Piran a présenté EIFFELa. Il s’agit un projet coordonné par FUN qui vise à développer des fonctionnalités innovantes et à améliorer l’accessibilité de la plateforme FUN MOOC. Nous en parlions déjà sur ce blog en octobre 2017 avec un article intitulé “Comment rendre les MOOC + accessibles”, et en février 2018 avec l’article “Retour sur l’accessibilité des MOOCs dans le projet EIFFELa”. Ce projet a abouti sur la création d’un cours en ligne co-produit par FUN et Koena intitulé  « Créer un MOOC inclusif » destiné aux contributeurs.

Bernard Quinio, de l’Université Paris Nanterre, a quant à lui décrit le projet européen Vrailexia : une plateforme qui évalue les difficultés des étudiants dyslexiques et leur propose des outils adaptés.

À l’issue de ces échanges, force est de constater que les difficultés d’accès de l’enseignement à distance ne sont pas une fatalité du numérique. Grâce au développement d’outils et de compétences appropriés, il peut même devenir un formidable tremplin pour l’inclusion.

Pour en apprendre davantage sur Ide@ et suivre les prochaines étapes, nous vous invitons à consulter le site du projet ide@.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *