3 questions à… Yves Cornu, DG de FACIL’iti

Nous avons le plaisir d’accueillir sur notre blog le Directeur général de FACIL’iti, Yves Cornu, pour aborder un sujet sensible dans le petit milieu des professionnels de l’accessibilité numérique.

Cet article va dans le prolongement d’une discussion entamée en début d’année. Le 16 mai dernier, nous organisions à ce propos un événement pour parler des enjeux de communication autour de l’accessibilité numérique.

La plupart des gens ont du mal à comprendre concrètement ce qu’est l’accessibilité numérique, car l’essentiel du travail se fait « sous le capot », dans le code. Or, de plus en plus d’entreprises développent des solutions de personnalisation de l’affichage des pages web pour plus de confort. Ces outils ont le mérite d’être visuels et de bons alliés marketing pour les sites web qui les mettent en place. Le problème, c’est que les entreprises qui les commercialisent affirment parfois le faire dans le respect des normes d’accessibilité numérique, ce qui est faux et nuit au travail de sensibilisation fait par les professionnels et associations de l’accessibilité numérique.

FACIL’iti est justement l’une des solutions de personnalisation les plus connues sur le marché français, remportant de nombreux prix. Ils présentent leur solution comme « une solution d’accessibilité numérique innovante qui adapte l’affichage d’un site Web en fonction des besoins de confort visuel, moteur, cognitif, et/ou temporaire de l’internaute. »

L’emploi même du terme accessibilité numérique prête à confusion. La définition que nous utilisons chez Koena est celle donnée par la W3C, l’organisation qui édicte les règles d’accessibilité internationales, reconnues dans la législation européenne et française. Rappelons que dans cette définition du W3C (lien en anglais), l’accessibilité numérique signifie que les sites web, technologies et outils sont conçus et développés de façon à ce que les personnes handicapées puissent les utiliser.

Le Directeur général de FACIL’iti, Yves Cornu, a gentiment accepté à répondre à nos questions pour clarifier le message.

Entretien avec Yves Cornu, Directeur général de FACIL’iti

Que répondez-vous aux personnes qui pensent que votre solution permet d’être conforme aux obligations légales en matière d’accessibilité numérique ?

Nous sommes très clair sur ce point dans nos présentations commerciales, en l’état actuel de la réglementation FACIL’iti ne permet pas de répondre aux exigences du RGAA puisque pour y répondre il faut agir sur le code ce que nous ne faisons pas.

Je tiens à préciser que 100% de nos collaborateurs ont une certification qualité web que ce soit les techniciens, les commerciaux, le PDG ou les alternants. Cette volonté de respect de la qualité nous interdisent d’utiliser de tels arguments.

FACIL’iti est un dispositif d’assistance technologique à l’inclusion numérique qui permet néanmoins d’adapter l’affichage à l’écran d’un site pour répondre à une palette de troubles visuels, moteurs et cognitifs (plus d’un millier de modifications opérables). La solution a été co-construite et validée avec des associations représentatives et leurs adhérents pour répondre à un besoin d’usage.

D’expérience personnelle, mais également partagée par des confrères, certains de vos clients sont persuadés que FACIL’iti leur permet de rendre leur site web accessible. Ils ne voient donc pas l’intérêt d’investir dans la mise aux normes de leurs services en ligne. Qu’en pensez-vous et comment l’expliquez-vous ?

Le terme accessible en lui-même porte à confusion pour beaucoup, selon les corps de métier que nous avons en face de nous il a un sens très différent (marketing, communication ou autre). FACIL’iti est un outil alternatif d’accessibilité numérique et l’inclusion est bien le but que nous poursuivons tous, c’est incontestable.

Je trouve néanmoins de mon côté que dans le trop faible nombre de sociétés ayant des équipes dédiées et formées à l’accessibilité il n’y a aucune confusion, FACIL’iti vient bien en complément des efforts de codage mis en place. Nous avons tous un effort d’évangélisation à faire au sein des structures auxquelles nous nous adressons mais il s’agit avant tout pour les entreprises d’avoir une vraie stratégie digitale pour le plus grand nombre.

Certaines entreprises peu scrupuleuses surfent sur la vague de la HandiTech et l’opportunité de marché que représente l’obligation légale pour vendre des solutions similaires à FACIL’iti en affirmant qu’elles permettent d’être en conformité avec la loi. Ce qui nuit au travail de sensibilisation des donneurs d’ordres. Comment vous démarquez-vous de ces outils, qui sont aussi des outils de personnalisation ?

Comme je le disais 100% de nos collaborateurs ont une certification qualité web que ce soit les techniciens, les commerciaux, le PDG ou les alternants ce qui nous interdit évidemment d’utiliser de tels arguments.

J’ai moi aussi vu des sites web proposant des solutions miracle et où il est écrit noir sur blanc que les utiliser rendait un site conforme au RGAA. Encore une fois respecter le RGAA implique de coder le site d’une certaine façon en respectant des critères précis, s’ils ne touchent pas au code source cette information est inexacte.

FACIL’iti est une solution unique et brevetée. Dans chacune de nos présentations commerciales, dans notre kit de formation de nos commerciaux, etc. nous insistons sur un point réglementaire telle que la loi est à ce jour. Notre solution alternative, qui a été co-conçue et testée par des associations et un grand nombre de leurs adhérents, compte aujourd’hui près de 300.000 utilisateurs récurrents qui trouvent à plus de 90 % un bienfait dans leur navigation. C’est cela qui nous démarque et qui est aussi la base de notre développement international.

Un commentaire sur “3 questions à… Yves Cornu, DG de FACIL’iti

  1. Merci pour cet article.
    Il y a tant de choses à dire sur les dites « solutions d’accessibilité » ou « boutons magiques » mais j’en parlerai par ailleurs. Je suis ravie de voir que Facil’iti a bien conscience de ne pas rendre les sites Internet accessibles et d’apprendre qu’elle le signale à ses clients.

    Cependant, ce qui est dit dans cette interview va à contre-courant de toute la communication qu’on trouve par ailleurs sur leur outil : au hasard, voici quelques ressources où il est dit que Facil’iti rend Internet accessible à tous les handicaps :
    – un article sur LCI https://www.lci.fr/high-tech/vivatech-2018-lci-fr-adopte-la-solution-facil-iti-qui-rend-internet-accessible-a-tous-les-handicaps-2088290.html
    – un article sur Les échos entrepreneurs https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/actu/0302401609548-facil-iti-rend-internet-accessible-a-tous-324191.php
    – un article sur la Tribune Bordeaux https://objectifaquitaine.latribune.fr/innovation/2018-04-18/accessibilite-numerique-facil-iti-la-startup-de-limoges-qui-seduit-les-etats-unis-775150.html
    – et même un reportage sur France 2 très récent, intitulé « Internet s’adapte à tous les handicaps ! » et partagé sur la chaîne YouTube de Facil’iti : https://www.youtube.com/watch?v=VxMepxowTo8 . On peut y entendre ceci : « Ce filtre s’adapte à toutes les particularités des différents handicaps. » ou encore ceci : « Ce filtre va permettre au 25% de personnes souffrant d’un handicap de ne plus se sentir exclu sur Internet. »

    Finalement, ce ne sont pas les arguments de Facil’iti mais ceux des gens qui en parlent et qui les interviewent qui racontent des bêtises. Pourquoi ne pas les corriger et laisser dire voire même partager au nom de la marque ? Voilà toute la communication brouillée. Je suis persuadée que la plupart des gens croient ce qui est dit dans ces articles et reportages puisqu’il n’y a personne pour les contredire et même pas la marque elle-même qui n’est pourtant pas d’accord si on en croit ce qu’a dit Yves Cornu à Koena. Tout est-il bon à prendre pour le business ?

    Ce qui ferait un peu de bien au combat pour l’accessibilité numérique, ce serait de corriger toutes ces ressources.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *